Messieurs les banquiers, bravo et adieu – AgoraVox le média citoyen

Messieurs les banquiers, bravo et adieu – AgoraVox le média citoyen.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

hein ?

Publié dans Non classé | 2 commentaires

sdf

ya un peu plus d’un quart de siècle quand j’étais un jeune et fringuant branleur, il m’est arrivé de m’occuper de la maison d’accueil pour sdf du bled ou je créchais . Une bonne odeur de BA et d’esprit scout m’enivrais au point de me prendre pour Ghandi ce qui, avouons le, est d’un pathétique plutôt cruel . Pour moi . C’est donc lester d’une bonne demi tonne de bons sentiments que j’accomplissais ce sacerdoce, m’emplissant d’une joie toute chretienne d’offrir mon aide à plus mal lotie que moi .
j’aimais plutôt bien ce truc, tous nos frères dans la rue avaient une vision cyniquement délicieuse de la société (au passage notons que plusieurs d’entre eux, même passablement avinés, m’avaient décrit très précisément ce que deviendrais notre société, de deux choses l’une, ou le Kiravi a des vertus insoupçonnés, ou la contemplation de notre merveilleuse civilisation au ras de la moquette décille franchement les mirettes), ce qui m’a valu des discussions jusquapointd’heure et mâtinées d’éclat de rires mouillés de larmes .
C’est là que j’ai croisé Luis, un jeune espagnol (enfin je crois) . Luis ou le pouvoir de dire ce que l’on pense . Moi j’ai jamais eu les couilles de faire ça, t’es fou et ma situation alors… Luis avait compris intuitivement ce que la plupart d’entre nous ne comprennent jamais, la vie, si belle soit elle peut être une redoutable tartine de merde, deux battements de coeur et pfffuiit plus personne ; Luis avait résolu le problème en décortiquant soigneusement tout ce que sa famille, l’école, la société dans son ensemble lui avait appris . Vous dire qu’il était furieusement punk et rétif à toutes formes d’obéissance, c’est peu . trop peu . Luis était le vent, il étais la pluie, il était le rire ou la colère . Simplement .
Moi au début, con comme j’étais, j’ai voulu lui dire « ça non Luis, ça se fait pas » il me regardait d’un air qui déclenchais en moi des envies d’auto punition à grands coups de fouet…j’ai péché, j’expie…morale judéo-chrétienne alakon© ! Je laissais faire et mon coté ptit bourges se réjouissait des transgressions de Luis . Luis qui s’oubliait tellement quand il s’occupait des autres . l’empathie et la compassion l’habitaient . Il faut l’avoir vu, lui ou un autre de ces anges sur terre pour comprendre ce qu’est l’amour .
Il a disparu un jour, ou une nuit je sais plus bien, mon collègue étant plus « carré » que moi le conflit était permanent entre Luis et lui . Et bien souvent il bouillait de rage de ne pouvoir mater ce « clodo d’Iberie » . Luis, plutôt que d’aller a l’affrontement s’est volatilisé . Et mon collègue de plastronner aussi fier qu’un concierge parisien dénonçant « les juifs du troisieme » à la kommandantur .
Pourquoi je pense à Luis aujourd’hui ? Alors que je suis infoutu à pouvoir retranscrire un millieme de la joie que Luis portait en bandoulière, pourquoi ?
Mes pensées m’amènent souvent vers lui, ce qu’il dirait aujourd’hui de notre vie . Pas vraiment pour savoir ce qu’il est devenu, ça je le sais .
Luis est mort un hiver dans la froidure d’une porte cochère . Seul .

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

skizofr…schizofre…chizophren…hé merde !

La dernière fois que j’ai (naïvement ) cru être un humain normal, quelqu’un m’a demandé ce que c’était la normalité . J’avoue je suis resté très con . C’est pas nouveau me diras tu ami(e) lecteur mais comme tu n’es pas, et de loin, charitable, je vais faire comme si je n’avais pas entendu ta remarque désagréable . J’ai cherché autour de moi parmi mes rares amies (et oui la misanthropie n’aide pas à avoir des amis, des connaissances amicales oui, des amis non ) et j’ai pas trouvé . Mais alors ça veut dire que le monde est peuplé de dingues (doux ou non ) ? Cette question aussi est resté sans réponse . Bon alors bordel pas un volontaire pour se dire normal !!? Attention mon fusil est chargé alors épargnez moi les rodomontades sans fonds ni formes . Et je ne serais pas plus charitable avec les théories fleurant bon l’encens, le curry, les chemises en pur coton bio, et les lectures de krishnamurti mal comprises !
J’en étais là, errant dans un monde ou chacun s’empresse de choisir une chapelle, un combat, un ennemi, bref un juif/rom/arabe/noir/sarkozy a qui faire subir son courroux de n’être qu’un être humain parmi tant d’autres quand je suis tombé sur cette phrase de Rainer Maria Rilke qui m’a laissé sur le cul .
Cette phrase, bande de chenapans, vous n’avez d’autres choix que de la lire sinon vous ne comprendrez rien à ce texte qui est déjà assez touffu et obscur comme ça :
« Et pourtant est déjà né en toi ce qui brûlera plus longtemps que tous les soleils »
Je crois bien que je sacrifierai bien quelques uns d’entre vous rien que pour l’avoir écrite . Pour sa beauté, son sens (caché ou non), toute la potentialité qui se cache dans le creux de ses mots . Posons notre cul cinq minutes (je suis pas chien je ne vous demande pas beaucoup de temps de cerveau disponible) et posons nous la question . Qu’est ce qui se cache en nous ? Amour ? haine ? Indifférence ? Que ce soit une immonde noirceur ou une indicible beauté, quelque chose se cache en chacun d’entre nous . Peut être même les deux à parts égales, si intimement liés qu’il est impossible de déterminer si nous sommes des nazis en puissance ou des adeptes de Siddartha Gautama .
Et puis d’abord est ce qu’un sentiment peut survivre à notre enveloppe charnelle ? Si une idée survis à son créateur pourquoi pas un sentiment ? Bon ou mauvais . Rupert Sheldrake, un scientifique anglais à pondu une théorie dite des champs morphogénétiques disant grosso modo que plus une forme se répète plus elle s’ancre dans la réalité, reliée qu’elle est a ses devancières par un champs dit de résonance morphique, poussant le bouchon encore plus loin il suggère qu’il en est de même des idées, des comportements . Ainsi un acte d’amour aurait un effet sur tout être de la même espèce (en l’occurrence nous) et cet effet serait proportionnel au nombre de répétitions du susdit acte . Et peu importe le genre d’acte, avec une saloperie ça marche aussi . Mon petit doigt me dit que toi, lecteur/lectrice/indéfinie tu as déjà un exemple en tête .
Je voulais vous parler de David Bohm, un autre mec que j’aime bien mais la touffeur moite de ce billet risque fort de ce transformer en brouillard londonien si je n’y prend pas garde . Et vous risquez de ne plus rien comprendre non plus . En plus T et moi on se dispute sans cesse pour savoir si c’est vraiment intéressant de partager des idées que personne ne comprend, ou alors de traviole .
Ha oui je vois que j’ai parlé de T. T est dans ma tête et j’vous jure que je n’invente rien ! T est gentil, il aime respirer l’odeur des sous bois et pense naïvement que l’humanité est bonne . Il adore gratouiller le chanfrein des chouals quand il en rencontre dans les champs . T est un brave type . Mais T a aussi plus souvent qu’à son tour des idées farfelues . Deja ce billet . En fait au début il voulait faire un joli sac de noeuds philosophique pour que les vrais gens de la vraie vie réfléchissent à autre chose qu’a la dernière connerie à poster sur leur mur FB . J’ai dit banco mais à une condition : j’ai le droit de dire ce que je veux . Il a naïvement dit oui . Donc il écrit et je parsème de conneries à haute teneur en Ironite (a pas confondre avec la kriptonite du glandu en combinaison moule burne bleu). J’ajoute aussi une pincée de mauvaise foi histoire de bien faire chier le monde (j’ai jamais dit que j’étais comme lui !!)
Alors maintenant que tu me connais mieux, tu dois bien te douter que la normalité, j’en suis aussi éloigner qu’un politicien l’est de l’honnêteté…Même si demeure la question du début : qui décide de qui est normal et qui ne l’est pas ?
T et moi on est pas d’accord du tout la dessus .
Mais T a des idées à la con .

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

rivers and tides

http://www.megavideo.com/v/W6F79MC50352f41cec52f34cc71edad9a08f28f9

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

L’art de la photo

Ne jamais, mais alors vraiment jamais faire d’autoportrait à quatre heure du mat’…un soir de fête…

…C’est un peu comme les Gremlins, après minuit, le chateau « la Pompe » faut oublier, ben moi pareil, après minuit, l’appareil photo, on oublie !!

La vie est toujours aussi passionnante IRL ^^

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Nostradamus

Ces deux derniers mois j’ai regardé d’un oeil attentif les différends mouvements d’humeurs des peuples d’ailleurs . Et ici ? si peu de choses, un frémissement qui cherche a imiter les indignés ibériques . Disons le tout net, ça prendras pas en notre beau pays . Trop d’obscures chapelles nous font le coup de l’entrisme et comme nos jeunes indignés sont un peu trop bisounours, ils se retrouvent infiltrés par tout et portenawak . Alors comme l’indignation à la « Stéphane Hessel » ne parait pas à premiere vue suffisante pour bouger nos culs de futurs pauvres, qu’est ce qui va le faire ? Sachant que notre capacité à ignorer les dangers est difficilement mesurable tellement nous sommes satisfaits et aveugles . Alors quoi ? Famine ? dictature ? Guerre ? qu’est ce que je lui mets à la petite dame ? Je vous l’emballe ?
Et si c’était une offre triple play ? Après tout le monde libéral aime bien les ventes par lot .
Il est tout à fait possible que nous ayons à cultivé des pommes de terres dans notre jardin, une main sur la bêche, l’autre sur le fusil. Ha le con il veut nous pourrir nos congés payés ou bien ?! Moi ? oui bon c’est vrai que je le fait avec l’idée de nous noircir notre séjour à Clapier sur mer, c’est mon coté taquin . En même temps entre le barbecue, la plage, le dernier romain de Levy, l’obligation de parfaire notre mélanome, il ne nous reste pas beaucoup de temps de cerveau disponible pour s’éviter un sort de crève la faim…
Le pasteur Niemöller avait raison, rien ne change, l’égoisme reste et resteras notre marque de fabrique, cette formidable capacité que nous avons de ne pas voir l’infamie, même sous nos yeux . Une petite piqure de rappel pour ceux qui ne connaissent le pasteur ni d’Eve ni d’Adam :

Lorsqu’ils sont venus chercher les communistes
Je me suis tu, je n’étais pas communiste.
Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes
Je me suis tu, je n’étais pas syndicaliste.
Lorsqu’ils sont venus chercher les juifs
Je me suis tu, je n’étais pas juif.
Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait plus personne pour protester.

J’ajouterai à toutes fins utiles celui ci :

Nous regardons mais ne voyons pas
Nous écoutons mais n’entendons pas
Si la parole est libre
Elle ne nous sert plus qu’a parler
mais plus du tout à communiquer

Les prochains mois vont être fort intéréssants, et je vous autorise à me conspuer et m’arracher les poils de nez (il n’y auras pas assez de poils pour tout le monde je le crains, pour s’inscrire laissez vos coordonnées en commentaires^^) si par extraordinaire ma manie de voir l’avenir en noir s’avérait une vaste blague . De toutes façons OSEF * les mayas l’ont dit en décembre 2012 on va tous mourir 🙂

J’entends l’appel des glaçons… sioulater

* un quelconque moteur de recherche (j’ose plus dire google depuis ma dernière mésaventure…) feras l’affaire pour trouver la signification de cet acronyme cabalisto-IRCéen…

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire