nowel

C’est la période des cadeaux, des gateaux, du chocolat en quantité, et de la nourriture hypra lipidique . C’est surtout la période ou industriels, commerçants, publicitaires, rivalisent d’ingéniosité pour nous soutirer le moindre cent, nous laissant début janvier à la merci du charognard des temps modernes qu’est le banquier, qui nous voit arriver dans son bureau, mine contrite, victime expiatoire, pour pleurer misère malgré l’écran plasma dernier cri qui trone désormais dans le salon familial…Les années passent mais c’est toujours la même rengaine, les gens sont pris d’une folie, crise d’amok collective, qui leur permet d’oublier la faim dans le monde et le recul des libertés publiques, sans oublier la biodiversité qui disparait aussi vite que les euros se planquant dans nos poches . Gageons qu’en janvier les médias trouveront un os à faire ronger aux masses, psychotrope médiatique qui feras son effet juste le temps d’oublier que les pâtes c’est bon surtout si on a du beurre a mettre dessus .
C’est aussi la période des éboueurs, des pompiers, des postiers, qui viennent chaque année tendre leurs sébiles en échange d’un calendrier . Et comme tous les ans on se retrouvent avec trois calendriers parce qu’on a besoin que nos poubelles soient vidées régulièrement pour éviter que l’odeur nous incommode, que notre courrier ne s’égare pas à Trouperdu sur Paumé, et qu’en cas d’indigestion post fetarde un sympathique pompier nous tapote le dos de la main en nous rassurant sur le mode « c’est rien monsieur.. » . Le seul problème que posent ces calendriers c’est lequel ira aux gogues ? lequel sera parfait dans la cuisine ? et lequel finira sous la machine à laver pour la caler . Dilemme terrible, je sais .

N’ayant pas la moindre fantaisie en la matière, je vais, comme chaque année, infliger mes bouquins illisibles et mes gouts musicaux douteux aux gens que j’aime . Je prend beaucoup de plaisirs chaque année à choisir des auteurs de plus en plus abscons, des musiques de plus en plus improbables . Mon sadisme confine à l’immoralité la plus profonde et je guette sourire en coin le moment d’ouverture des cadeaux . Je dois tenir ça de ma grand mère . Cette vieille dame au parfum sucré et au crépi facial craquelé, m’a offert pendant des années, à chaque noel ou elle n’oubliait pas mon existence, une douzaine de mouchoirs, surement choisis avec delectation . J’en ai gardé une detestation de noel et des mamies au fardage trop voyant .

Heureusement qu’il reste le chocolat, d’ailleurs je profite que personne ne me lis pour lancer cet appel : amis botanistes, agronomes, paysans, il n’y a vraiment pas moyen d’adapter l’arbre à chocolat sous nos latitudes ? ajoutez y l’ananas…je suis exigeant, je le cache pas . Le chocolat, la seule chose qui rende un tant sois peu d’attrait aux fêtes de fin d’année, on peu s’en gaver à loisir, personne ne diras rien, il vaut mieux parce que le premier qui moufte, je le mords !! J’ai une hyper salivation d’un coup, je vais m’en croquer quelques carrés, histoire de pas faire une crise de manque aux consequences désastreuses sur mes mots (j’ai pas besoin de ça ^^)

Donc si par extraordinaire, vous croiser un gros monsieur habiller de rouge avec un traineau en double file, n’hésitez pas une seule seconde, collez lui un pain avant qu’il ne vous ruine !

N’ayant rien de plus à ajouter et étant par nature paresseux, je vais vous lacher le gilet et vous laisser vaquer .

Ci git ce texte

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour nowel

  1. Lou dit :

    il nous reste les amis… heureusement

  2. pow wow dit :

    Je découvre ton blog aussi, et nos attirances communes pour le chocolat et la paresse, rien que du bon. ;o)

  3. marlaguette dit :

    J’aime le « crépi faciale craquelé » !!! Je crois que ta mère-grand a été clonée !!!
    Un masque au chocolat !!! Ca serait une bonne idée non !

  4. LaurenceMMT dit :

    N’ayant pas l’intention de casser la gueule au père Porcher je tiens quand même à te préciser que TEPASOBLIGE de : dépenser, de te gaver, d’hyprocriser, de téléviser et j’en passe.
    Pour le chocolat… je n’ose même pas espérer que tu m’en laisses un peu… du noir STP
    Quant à tes kdos, si tu avais eu l’ombre d’une intention de m’en offrir un … tu peux le garder, sans façon aucune et très sincèrement !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s