Petit Jean

Un vieux texte du temps ou je voyais la vie "all blacks"

Petit Jean regarde les lumieres de la ville . Des fois Petit Jean s’imagine seul sur une montagne et regarde le soleil se coucher. La ville est la à ses pieds et pourtant Petit Jean ne parvient pas à en saisir le sens . Il ne hait point la ville, c’est seulement qu’une violente melancolie l’etreint quand il pense à la montagne. Non ce n’est pas la nostalgie, uniquement un sentiment de perte qui refuse de sortir de sa tête .
Petit Jean sait qu’il n’y a qu’un responsable : lui . Il a fui par amour, lui qui moquait gentiment ses amies quand ils lui parlaient de ce sentiment que lui même n’à connu que par intermitence . Il chambrait ses amies qu’il disait victime d’un mal étrange et disais " A votre age, zavez pas honte ?".
Et voila qu’a present Petit Jean regarde les lumieres de la ville, il a plané si haut sur les ailes de l’amour que la chute n’en a été que plus brutal  . Un soir, pleurant à chaude larme sur l’epaule d’une amie, il a juré que lui vivant, son coeur ne battrait plus jamais pour quiquonque, que jamais plus il ne vibrerais .
Jusque la Petit Jean etais plutot du genre velleitaire et ses promesses ne tenaient jamais bien longtemps . Il en va differemend cette fois ci . son coeur est aussi sec qu’un oued du desert, et cela ne cause que malheur et detresse aux gens qui l’aime . Petit Jean est conscient de cela, il est parfaitement clair que cette situation l’entraine vers une espece de mort sociale, de déchéance . Toutes choses qui chez un être normal provoquerais un signal d’alarme si fort que la vie reprendrais le dessus .
 Chez Petit Jean il en va autrement, le signal beugle à tout rompre, mais lui ne bouge pas, à croire que la vie s’est retiré de lui.
Petit Jean regarde les lumieres de la ville et son ame s’envole ailleurs. Petit Jean s’est perdu un soir et depuis il erre dans cette obscurité . Des mains se tendent vers lui, il les regarde à peine, perdu qu’il est dans le labyrinthe de ses pensées.
Depuis quelques temps Petit Jean entrevois parfois une lueur, il s’en approche puis comme à regret s’éloigne dans la nuit .
Petit Jean fuis et il le sais .
Petit Jean regarde les lumieres de la ville, souris à la vie se retourne et marche vers son destin.
Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Petit Jean

  1. rose dit :

    Meurtrissures du cœur dans une âme en pleure. Que reste –t\’il de nos amour et de nos bonheur. Suinteent continu dans cette plaie béante. Cœur fatigué et blessé par la tourmente. la vie nous bizute elle nous met en danger mais au final elle nous endurçie, et dans ton errance un jour prochain, tu la prendras cette main, tu n\’auras plus peur du bonheur!!!!rose

  2. Maryline dit :

    Tu l\’a retrouveras cette lumière …même si se n\’est déjà fait …. parole de moi …. moi qui y en croire … et tu connais mes galères ….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s